Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le châtiment de ce nom… Qu’elles soient légères à ta poitrine, chère ombre !… Que tout cela retourne en poussière !… Nous ne te ravirons jamais ces témoignages des folies envolées et des heures flétries… Nous, nous irons, sans nous occuper des morts et de ce que nous leur accordons, vers plus de vie et plus de joie… car la joie est chose belle !… Repose parmi la cendre des baisers, des billets doux, qu’un être dont tu as porté auprès des femmes le nom et le visage avait suscités le long de sa route !… Garde !… Je fais le serment de te laisser pour l’éternité ces feuilles desséchées… Chapelain, vous aviez placé trop vite le crucifix sur la poitrine… Ce n’est pas ceci qui doit y être placé (Il enlève le crucifix.) mais ceci… Et le dépôt sera plus conforme à la piété de celui qui vécut d’amour, une rose à son chapeau !

(Il place le manuscrit sur la poitrine de Manuel, puis il se penche, soulève la couverture et baise le front du mort.)

NUNEZ.

Qu’on porte le corps à la chapelle !

(Les hommes prennent la civière. Le cortège se forme et disparaît, civière en tête.)

DON JUAN, (sur l’escalier.)

Adieu, duc… Et, au nom de Don Juan… merci !…


RIDEAU