Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



DON JUAN.

Elle va me frôler presque… Dieu ! que je voudrais lui parler ! Que je voudrais !…


ALONSO.

Ce serait folie pure.


DON JUAN.

Toi parle-lui de moi. J’entendrai ce qu’elle répondra…

(Isabelle franchit la grille, en dérangeant les assistants. Don Juan s’accoude au pilier, de dos à elle.)


Scène V


DON JUAN, ALONSO, ISABELLE


ALONSO, (l’abordant à voix basse et respectueuse.)

Senora ?


ISABELLE.

Plaît-il ?


ALONSO.

Vous ne me connaissez pas… J’étais un ami intime de l’illustrissime Don Juan…


ISABELLE.

Laissez-moi passer, Monsieur…


ALONSO.

Mon salut est très honnête, Madame… Excusez-moi… Votre peine a attiré mon attention… Ne croyez qu’à un élan sincère vers le souvenir attristé que vous avez gardé de mon plus cher ami… Je ne sais quoi dans votre grâce douloureuse me fait deviner qu’un jour vous l’avez peut-être aimé… Eh ! bien, si vous éprouvez quelque