Page:Bataille - Théâtre complet, Tome 11, 1922.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’était un des plus beaux échantillons de la race andalouse.


CARDONO.

Dites de l’humanité !… Ce grand enfant se rendait-il compte de sa rare valeur ? J’en doute… C’était un être de légende, un demi-dieu !…


L’HOMME.

Maître, vous en parlez avec le lyrisme de…


BARBADILLO.

De Dante parlant de Béatrix !…


CARDONO.

Mais il devrait avoir une place dans son Enfer !…


BARBADILLO.

C’était pourtant une espèce de primitif…


CARDONO.

Nature inculte, mais féconde… Il était à lui-même son principe et son but… La passion l’habitait. C’était un chasseur d’absolu…


BARBADILLO.

J’écris… J’écris… En somme, vous le définissez ?…


CARDONO.

L’homme qui jette toujours ses diamants, ne les trouvant pas assez beaux…


DON JUAN, (à Alonso.)

Hélas !… Si j’avais été plus fortuné, peut-être !…


CARDONO.

Avez-vous songé aussi, mon cher, quel superbe drame on ferait avec cette figure-là ?…