Page:Baudelaire - Lettres 1841-1866.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


04 cn.vivLes Baudelaire

g-ens prétendent qu’elles doivent les trouver tout à fait naturelles, et d’autres, qu’elles en doivent rire. Ils ne les supposent donc que vaniteuses, ou cyniques. Pour moi, il me semble que les âmes bien faites ne peuvent être que fières et heureuses de leur action bienfaitrice. Je ne sais si jamais cette douceur suprême me sera accordée de vous entretenir moi-même de la puissance que vous avez acquise sur moi et de l’irradiation perpétuelle que votre imag^e crée dans mon cerveau. Je suis simplement heureux, pour le moment présent, de vous jurer de nouveau que jamais amour ne fut plus désintéressé, plus idéal, plus pénétré de res- pect, que celui que je nourris secrètement pour vous, et que je cacherai toujours avec le soin que ce tendre respect me commande.

Que diras-ta, ce soir, pauvre âme solitaire, Que dijms-ta, mon cœur, cœur autrefois flétri ^

A MADAME SABATIER

Lundi, 8 Mai i854.

Il y a bien longtemps, -^Madame, bien longtemps que ces vers sont écrits. — Toujours la même dé- plorable habitude, la rêverie etl’anonyme. — Est-ce la honte de ce ridicule anonyme, est-ce la crainte que les vers ne soient mauvais et que l’habileté n’ait pas répondu à la hauteur des sentiments, qui m’ont rendu, cette fois, si hésitant et si