Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1004

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


IJ0* _ De la Vìgllam] vetit il dcvançoit les Courrien II V • lîTn\t.*\t* A v ■* 1 ^ 1 1“* *-* — *• - — -\tA '» » » A taquoit l’Ennemy , ajoûte le mê. me Autheur , non seulement par destein expres, mais ſelon que l’oc- „ſ!\t 11\t* eaſion le luy permettoit ; le plus ſouvent mcfme , ausli - tost qUq étoit arrivé, & quelquefois en un temps extrémement incommode ou lors qu’on pcnſoit le nioins qu’il dût ſe prcſenter au combat, Gar il ne ſe montra jamais tardif à la guerre, que ſur ſes derniers jpurs , estimant que plus il avoir vaincu, tant plus il ſe devoitſou* mcttre à l’Empirc de la fortune, Ainſi coutes les actions de ſa vie ſurenc autant de preuves Gertai- nes de ſa diligence infacigable;. qu’il rcndic vifìble à toute later- re, quand il donna bataille à Pora- pée , en la plaine de Pharfale; quand il attaqua Prolomée Roy d’Egypte ; quand d’Alcxandrie il paíſa en Syrie , &: de Syric au Royaumc de Pont ; . quand il defit