Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1025

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DISCOURS XXII. c>ue tKjftt aìde U Kgture. ♦ •- - C’E t o i t la coutume des an- ciens Peintres de mettre tou¬ jours ſur un- Globe l’Image de la portune. Aú contraire, ils pofoient ordmaitement ſur une baſe ſolide, & faite enquarré, laftatuëde Mer- cure , Dieu tutelaire des hommes de lettres. Par ou -, si je ne me trompe , il nous cst enſeigné, que les Vértueux ont en tout temps de- • quoy refifter aux revolutions des choſes du monde , dans la hautc profeffion qu ils ſont des Arts Li- beraux & de la vraye Pliiloſophic. ,\t^k&e hias, tonc^nud qui etoit, le -vantoit de porter avcc ſov toutes ſes richeffes • Ef pour la mê- 6 raiſon encore Ariftippq. Cyre-