Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


I■O'S\tDe la Contemplatìon, . Troye, prit la forme d’un Aie1? & 1 enleva dans le Ciel, rionpjç pour la beauté de ſon corps ^ I pour celle de ſon ame. Cest ainiì ' que le remarque Xenophon , qU[ dit, que les Dieux & les Hcros fonc incomparablement plus d etat de ce dernier, que non pas del’au. tre : & que Jupitcr ne mitau nom- bre des Immortels que eeux dont j U aima l’ame ; tels que furent au. tresfois Hercule ,, Castor & PoU lux ,. ôí ce meſme Gànymededonc* nous parlons. Par ſon ravissement donc, nous est significe l’Ame rai. fonnable , iàquelle, ſelon Blotin, fe dérobe d’icy bas , pour ſe ca- cher en haut, lors qu en quelque façon elle ſe détache d’avec le corps, pour contempler les choſes celestes ; ce qui ne ſe peut faite | que par une maniere de raviffe- ment Sc d’extaſe. Le divin Platon l’entend comme ççla, quand il veuc que l'Ameſoit