Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


?oo* Des maréjues eſIIomtur, j m. _ _ v Tviu j1 vuiiimg . il est raporte par Valere le Grand, f /\t^\tV|#\tr^r»f\tÍJ.Vſ^ffZwVf de le faire ouvrir 3 8e luy trouvé- t rent le cœur tout velu , coinrue &par Dion Chrysostomc. Cen’eít donc pas ſans ſujet qu’une ſi pro- ;1 dicufe valeur que la si enne , est: !l particuliercment reprcſentée par une Aigle, comme par la plus belle '[ marqne d’honneur, qu’un ſi renom- > îné Guerrier ſçauroit avoir euc í apres la mort. Car à vray dire, ' parmy tant d’illustres Symboles que J les anciens Heros ont prispouríì- f gnaler leurs conquestes , ils n’en 5 ont jamais trouvé de comparableà | tét oyſeau gencreux ; Aussi s’éle- l ve-t’ií jufque aupres du Soleil, qu’il regarde íìxement ; Et c’cst avec rai- fon qu’il est la fidelle garde de ce ^ Tombeau , puis qu’il l’estoitautres- fois du Bucher desEmpereurSjdont l’Antiquité croyoit qu’il enlevoic l’ame au Ciel, apres que le eorps en estoit bruslé , & qu’il iſen restoiff plus que lacciuste.