Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fif> ' £>u'on se dégouIît u’empecheroit pas que ſa foiblcffe r ne s’augmemât de jouren jour par la longucur de ſes années , ce qui fut eauſe que íupiter touché de la diſgrace du miſerable Titon t le convertit en Cigale. Cette Fable cst un ingenieux crayon , 8c une verìtable dcſcrip- tion de la Volupté , qui ſemble si delícieuſe en ſon Aurorc, que les hommes ſouhaiteroient volontiers qu’elle en fut infeparable. Cepen- dant ils ne conſiderent pas , que lors qu’its y penfent le moins, ils en peu vent eíire dégoustez, 8c s’cn- nuyer d’elle, comme d’une fâcheu- ſe vieilleffe. Auíîi arrive-t’il ence dernier âge , que l’hommç privé de tout plaífir , Sc n’ayant rien de vif en -luy que le defir & l’affec- tion , ne fait ſeulement que criail- ler 3 comme la Cigale. Car alors il ſemble borner tous ſes plaiſus dans le rccit des bonnes fortunes quil ſe ſouvient d’avoir euës , & d“