Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/1201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fortant des bom 'B.fffto' $7 cés excelícns vcrs que nous avons- deluy , qui ſonc comme unrare Chef d’œuvre de la Nature l’Att , parmy de continueHes tra- rerses’deſptit iï ée cotps ,J qui luv vinirent de fa frlauvaiſc 'Forrá- ne. Elle le traica ſi mal , que par elle-même il fe vid indignement pri- vé de la Liberté , de la converſation de ſes Amis, & ce qui est le pi- re , de la plufpart des choſes neî cefl’aires à la vie. Ge qui fçtoit dif- ficilc à croire, vcu le merite dece rarc homme , si par ſes proprcs écrits il ne ſe vcrifioit, à la honte de ſon Siede, que les plus grands Princes de ce temps - là, qui l’honi noroient de leurs lettres , ne luy faiſoicnt aucun bien. Apres ces té- moignages & cefrexemples , je ne penſe pas qu’il ſoit befoin d’en produire d’autres , pour pí'óuvcrr qae ce n’est pas d’aujourdliuy que a condition des gens de letcres W traverſee. Mais ce qui me scm- K k ij