Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


. G)tstl fâitnfapmxlort- U7 o fut auffi pour les avoir ob- * fervées , que la Republique des Laccdcraoniens ſe maintmt tou¬ jours fteunífante par leipace de cinq cens ans , & que ce“e ^eS .Sicioniens en dura ſept cens qua» rante. A quoy ſetvit grandement le loin quils eurenr de tenir pour inviolablcs les Edits de leurs Pc- xes -, 8c de ſe déclarer mortels en- nemis de toute ſorte de nouveau- te*. Cela s’obſervoit pafticuliere- mcnt à Sparre , où quelques-uns ayant priéleRoy Pauſanias de leur en dire la cauſe -, c est , répondit- d , parce qu’il faut que les Loix ſoienc les maitreíſes des hommes, & non pas que les hommes ſoienc nuistresdes Loix.Pour cette même raiſon, les Garamantes n’eii rece- voiem point dautres que celles de kuts 1 redecesscurs ; & parmy les Locriem , qtûconque vouloit in- ro mre une L°y nouvelle, il fal- qu il en fiiì la Declamion pu- N ij