Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


, gu’ìl fait ohcyràux Loix- *49 tìnsavcc les autres ,iU ncuflcnc pú en établir de plus humair.es , ny de plus naturelles que celles que ce grand Autheur de la Na- ture leur a donnees. Ils les doì- vent donc bien reverer, èt ſe ſou- vcnir du ſens mystique de cet Em- blême. II reptcfente une Cloche , au ſon de laquelle, ccmme dit P en- cirolle , les hommes ont accoutu-' me de s’aíïèmbler , pour aílìster aux actions publiqu'es. Et daurant qu’elle ne ſert de rien > ou à tout le moins de peu de choſe, ſi elle vienta.de rompre ; les Loix de mé- mes ne peuvent être qu’inutiles fi elles ne ſont inviolablement gar - dees. En efſet, on n’a beſoin des Cloches que pour le ſon ; ny des oix non plus , que pour les ob- íerver, &; les rcduireen pratique comme disoit ordinairementi’Em- pereur Maximilian.