Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


discòors xxi. Qu’ìl y a des hommes toujours egaux , ^ dans les ſucce'z > bons & ntauvais. Les courdges des hommes ,clitTa- cite , vontmollement U fluſfart iu temps , ér diviennent Idches dans les dlſgfacés de la Fortune. Ce qui ne semblëra pas étrange à qui ſçau- ta biën conſiderer , que comme chacunest amourcux de ſoy-même, diacunauffi n’estpas moms prompt a ſuweles choſes qui luy plaiſent, qu il est ardant a fuir celles qui luy ſont deſagreables, Ainsi ce n’ese pas merveille , fi par je ne ſçay í quelle foìbleffe auachce à rhom- i me , ſa joye finit mſensiblement , \ à raeſure que ſa proſpemé ſe tcr- Rij