Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


S toujours igMX, &C. t W me eux, estcn vain cliocquee, puis ' qu’elle ne ſe laífle jamais ſurpren dre. Celuy est unc choſe natuvel¬ le de ne rien faire qui la pmtte dcs-honorcr. Si ‘on l’attaque , elle a des armes pour ſe defrendre ”,Tc • ne croit point de pne Deftin que de ceder lâchetnent aux coups de lá mauvaiſe Fortune. Quç s il ne fáloit qu appuyer cette verite par les exemples, il me ſeroit tres-fa- dle den prodpire icy pluíìeurs, &C '■ patticulierement celuy d’Agèſilaus5, à qui quclqu’un ayant youlu dire, ; que toutes les choſes du monde avoient leur revolution -, CeU ne me regarde point, répondit-il, vett quìl y A Ìong-temfs que je niaaontu- me k ne àmger point, quelque than- gementqui arrive dws mon Ftat, J’cb- mets celuy du Centenier Suîpi- 'ws Aſper , lequel interroeé par Neron pourquoy tant £ ^ y uaaittoient la mort-, Ceft 1 ’?me î* ds ne Bmroìent ctoi- Riij