Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ìé\tFéùìl nefatttjamáis car la vengeance divineest incviiì \ table. Macrobe la fait irreconciliable ennemic des courages audacieux. Et le Poëce Heíiode la prend pour la^Juítice mêmej en un endroit de ſe*s œuvres, où il dic qu’elle & laPul 1 deur ont quítté la terre, & s’en ſont envolées dans le Ciel. Elle esticy peinte tenanc une bride d’une main 8c de l’autre une baguette j pour tnontrer l’empire qu’elle a fur les méchans, & qu’elle ſçait mectre un frein à leur bouche , quand ils ſe jettent dans le débordement de la medifance. Platon dans íbn quatrié- me livre des Loix, la nommc rAn~ gedu Iugement, ce quiſemble avoir de ia conformité avec nostre Reli- gion ; qui nous apprend que le Sou- ( verain Createur de l’Univers a con- noissance de toutes choſes, & qu’il ne laiíſe rien impuni. Les anciens n’ont donc pas eu mauvaiſe raiſon, quand pour regler les mœurs de* hommes,