Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Que sjrtaìde laìldtutt. HF ftns daigner leur .estre ſecourable' Voila les beaux ouvrages de la Bortune , qui ne dementent en, rien la peinturc que les Anciensen ont faite. Mais quant a Mercure, ils l’ont repreſcnt é tout autrement. Car étant, comme il est, le Dieu des Sciences , & du bien - dire, il est peint icy beau par excellence , de bonne mine, & dans une fleiî- riffante jeuneíſe. Iln’y a ny fardny artifi.ce ſur ſón viſage ,* & par les agréemens qui s’y remarquent, on juge auíïi-tost de fes verrus émi- nentes, & des ſecrettes beautez de ſon ame. J’obmcts qu’une vi- vacité merveilleuſe brillc dans ſes yeux , d ou s’elancent des regards charmans, qui penetrenc iuſques dans les cœurs Que s’ilcst affis ſur V pour montrer la Sd- »on plus. qDe ^ ie íeuvent abattre,. - y •