Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


i€( Qui la Flatteurs dans la dcffiance, & ne leur ſoîenf dommageables. C’estoít en cel/ parciculicrcment qu on admiroit 1» Vcrtu de Jcan Albert, RoydePo, logne , qui ne pouvoic ſouffrir qu’on luy rapportât aucune cho- ſe, ſi on ne la ſautenait en meſ. me temps devant celuy que l’onac. cufoit.L’EmpereurLiciniuSjbié que peulouable d’ailleurs, le fut nean. ! moins en ce qu’il ha'iíToit raoiccl- ; lement les Flacteurs , &c qu’en a* * yanc un jour -remarqué quelques* 1 uns qui luy comptoient des tner*J veilles , couchant les naoyens d’ao»3 croistr'e le bien public , quoy que;i neantmoins eux-mcíines le dimi- !l nuaíſent, les nomma tout hauc, “ leí vers & les ſouris de ſa Cour;,J Et à vray dire , il avoir taiſon de ) les appeller ainíi. Ei conune les31 vers qui s’engendrcnt dans les ha- * bits , gastcnt la maticte qui leur a donné naiíTancc ; Ec comfnc H » n’est pqinc d’sndroií dans unew^ j