Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dr de bìen VAtlUnce» 3®^ du crime écant reconnu, le rcndic absous. Il s’enroolla doncques, a la place d’un Soldat qui étoit mort à la guerre , U qu on appelloit Au- guíte s mais lors qu’il étoit deja parmy les R-egimens, le mal-hcuc voulut pour luy, qu’il tomba ma- lade dans la maiſon de deux fre- res, Julius, & Tatianus, oùil fut contraint de demeurer quelque temps. Comrae il eut recouvré ſa fante , les deux Amis le voulane diuertir, le mënercnt à la chaíſe.,. eulalaífitude , & la chaleur l’ayant abbatu} il fe mit àrepoſer en plei^ ne campagne. Voila cependantpa- roistre ſur luy une Aigle extraor- flinaire, qui pour luy faire ombre e mit a deployer ſcs érandes aîles air, les y tenant également ba- ancecst Tatianus s’en aperçoit auſ- , éveille ſon frïre* & W S? Ce/odiSe- IIs s’en éton- eon fct’US deux>& en tirent cette ' í ^ure, qucMarcian ſeroit un C c