Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/319

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


5*4 Sif'd fait endurcr, é souffrír S’endurcir dans toute sorte d’i venemcns contraires : /, w t " diſoit-il , que je Jhìs hommc , ^ Cônſequent ſenfiblc a la douleur. ï4U. rois donc mauvúſe grace de m en alkr chenher volontairement les afflictms les maladies , & la mort mefme.Auíji nen ſuis-je pas d’avis. Mais il efibien vray que fi elles nidttaquoiet,é‘ s'ilnìcn falloitpafſerpar la yjetacherois en tel as de my refiudrcidr de ne nen faire £tffe~ mitií’ Çaraprés tout, c esi lafcheté que à Coubâtte les tourmens ; comme au contu- re,cefiune ehoſe lo'ùable que de les enitt- rer courageuſement. Je pafle maintenant a la Conti- nence, qui est le ſecond point que je me íuis propoſé de traiter dans cét 'Emblême. L’étenduë en eſt fi vaste , que toutes les bellcs qua- îitez de l’Atne íont de fa juriſdi- ction : c’est d’où vient^que dans Lactance il y a trois difterents de- drcz de Vertus ; dont le prcmicr |st de s’abftcnir des mauyaifes ae-