Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


i Vi\t* T- fint ftdquefois iMtiles. tfs choſes, ou par maniere de dire, les tons graves ou ſubtils , qui le formcnt de la patole. Or commc ïTv a diverſes forces d’oreilles, plus ou moiqs polies 8c ſçavantes} ou plus ou moins groífieres 8C commu- nes; Ainfi les temps de parler ou de ſe taíre font dífferens. De là vient que les plus pru- dens, pour bons Sc profirables que ſoicnt leurs Confeils , ne peuvenc rien avancer ; & qu’ait lieu de les voir reùllir , ils hastenc plustost la ruyne de ceux aufquels ils les don- nent. Mais enfin , quand il avient que le ſqccez en est dommagea- ble , & ,çonforme à leur predic- tion } c’est alors que les hommes auparavant incredules , les tien- nent tout à fait pour Devins , 8c pour des Eſprits clair-voyans, qui decouvrcnt de loin l’evenemenc des choſes cachécs. j,^EI'que nous fert un rorc belexemple en cecy. Ce Hhiij ‘