Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Foïtune des bens Fſpìts. 585 mottds , n’ayent vaincu tous les plus facheux obstacles , qui 4u- îant leur vie, ſe ſont oppofezàla naturelle inclinátion qu’ils ont eaé oour les Sciences, Tous pauvres , & tousincommodez qu’ils étoient , ils ont trouvé ì’Art de ſeſatisſaire dans le defir qu’ils avoient d’ap- prendre ;; Et ce meſme deík les & faitlieureufement reufïìr à l’Etude , malfréla.faim, que .le grand Vir- ligile nomme à boo dcoit le píre de tous les maux. A .quoy je ne puis trouver d’autre raiſon , íinon qu’il falloit abſolument que leur amc fqc d’une trempe extiaordinaire ' leur Genie Cxtremement fort • puis qu’il les rendoit ainfí constans * &: invincibles à la ſarigue/De ee nombre ctoit GSante, qui paslbit • la, meilleure .partie de la nuit à -puiser de l’eau ,5. ’pour gr.gner ſa •vie v & le;;jour entierL .prendre • des lcçons que luy. donnoit le Phi- Wophj Chryíippc. Cct excdlcnc Tm. //.\t£\t&