Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/516

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


(a h mìjftni’* k tZsfnt. 10» . ,iuës, elles ne peuvent: w»f ſem- bUblcment avoir èfc faire!i, que comme les tranſports des Sorcie- res ; car le commun ermemì du genre humain ayant à les porter au Sabatjſuppoſe quelquefois un Fan- tomc , qui les tepreſente , durant qu’elles y (ont -, Et quelquefois aufſi'il leur trouble ſi fort l’ima' gination , qu’en dormant d’un pro* fond ſommeil, il leur ſemblc voya- ger bien loin, & voir des choſes étranges , qu’elles ſe perſuadenc pour vrayes, bien qu’en cfFet elles n ayent bougé d’une place. Mais laiífantà part ces raviffemensima- ginaires & Diaboliques, nous pou- vons dire ſans nous abufer, qu’il y en a d’autres ſurnaturels } & qui s’appellent Extisa. Tels font ge- ncralement ceux qui par une par- ueuUere gtKe dc Dien airivent aux ſaintes Ames C'eft pœ ces divms mnſpotts qœ , ftme ^ c°utemplatron des naerveil-