Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/631

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


átí4 JQtsl nefiutfeinì rt&trcbtr Jònder U Majefíe mql avm ; Et cej » aucres d’funpide , dest H, fumt aux mortcls de mulúr Jfwoir . les ſectets à’en ham. Ils les recher- chent pourtant, ávec un excez de jjassion j & c’est dcquoy fe plaiat a bon droit Arnobe , lors quepar- lant aux Gcntils, J$ue vous ìm- -forte , dit - il, de vous mettre ſt fort en peine de la crcation de ïhsrnme, de torigne des Atnts i é> de U grandcw du Soleil? Ne véus enquerezmints'ìl luit de ſa propre darté y en je c’tsl de Itty que U Lune empvuntc la ſtenne. Ç'eB è Dieu fiul qdappartient U ton- Itoìjſance de ces chofes qui pour epe trop élà ’gnées de vous , & hors de • wBre portíe , ne font qu’tnutilemtí tmbdrrajſer vos efprits.§^i Voila le fentiment de ce grand homme , qui.pìaidant la cauſedes Chrestiens , adjoute en un autre cndroit j Nous Uijſons agw chscjue éoſe ſelon ſa cauſe , ſans nous ïtMgi- jlgr váìneweftt que le Juccez> en doh’C