Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/632

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


t,* -lessimis des Cim. ’Vepondre à nojìre deſir , ny a eJpf nnce que nous en tvmcmcetù. Car Oíty A-î'tl de si fttr é de ſi mt, qui ptiiffè éthpper à U bardiejſe quepren* .. . nent les hommes ( Hnt ils ont l tfpnt pmiìtcux'-} eu de le corrmpre en y contredìſant, on de rsffoiblir, s il eJf ptjjìble, quand meſme ilftroitſoTtt- Jit du Jscré feau de U Vcùtc ? Manr- quenr ìts jmais de raiſonnemens ſpe-- cieux , ny à' argnmens vray Jcmbla- bles>pm ſoutcnir le menſonge t & mettre à couvert U fuujjeté, quelque mnìſeflequ’elle ſeitì NeſçFtt-onpas bien , que ſelon qtiils Je terjuadent qu me chofe tjl, m qu'elle nefi pas, ils s AttAchent fi fort à leurs ſenti- mns > qu’ils n’en démrdentjumais? A qmy ils prennent plaijìr de s'obfti~ ncr » afn quen m&tiere deſàence , m les croIe plus rafinez, que les au-

  • ns > frìnciftltmentsi le ſujet de U

iſpute est obſcur de fiy ; & fi pour de» L arCtj fn VtHt Penetr{r dans ces ì °ſoff sſecrtts }quc U Nntttre envt"