Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/687

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


tto De Iapatience dam'Ustowmtnt

luy sembloit de ce banquet. AiL, xarque luy fit réponfe que tout •y estoit splendide mais qu’il *

manquoic la teste d’un SatrapC}&

ce difant al regarda Nicocreon. Luy ccpendant s’offença fort de cette parole, .& la diíïimula neant- •moins un aíſez long-temps. Mais enfin aprés la mort d’AIexandre .Anaxarquc s’estant mis ſurJMer Tut'jetté par latourmente enl’I-fb de Cipre. Nicocreon fuc inconti-

nent averty de ſa venuë ; Et pour

Te venger de l’affront qu’il avoir receu de luy , il l’envoya prendre ■ en mefme temps , & cornmanda qu’on eust à lemettre dans un mortier de pierre , pour y estre pi- ,:lé tout en vie. La plus grande con, stance quonſçauroit avoir au.mi- îicu des ſupplicés, Anaxarquel’eut en endurant celuy-cy. Les coups- ne l’étonnerent non plus que les menaces & quoy que ſon éloquen- <cc eust pû stechir ſon perſccuteur .