Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/818

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4 Coatre les FUteurs. Tiatteur de mênie s’accommodc à % toute ſorte de choſes , exceptéà cclles qui ſont honnêtes, èc qui me- ritent d’être imitées. En cela ſern- .blable a ees mauvais Peintres, qui ne pouvant copier cc qu’il y a d’ex- cellent 5c de rare dans un Orisinal, 2) * ne s’étudient qu a peindre des rides, ou des verruës , 5c ne touchent point aux prineipales beautez du viſage. C’est ainsi que le Flacteur, pour ſe rendre agreable au Prince qu’il ſert, fait gloire d’imiter les dé- fauts qui ſe remarquent en luy ; comme par exemple, ſonintempe- rance, ſa colere , ſon orgiieil , ſa jmuvaiſe humeur, 5c ainfi des au- tres vices, auſquels il le connoîten- clin. A quoy ce íìnge malicieux s’ac- commode d’autant plus, qu’il ſçait que ſon maîtrc l’cn aime mieux, & Jen considere davántage. Or com- pie cette ſaçon de vivre est unc .choſe ſervile Sc baíſe, auíïi â*t-éllè toujours été blâmée par lpç bons