Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/986

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dêf'ÙmîtfìBratìon de h Iufiìc. qu’en fon absence la Reyne d feia ì me devint passionnémcnt ainou rcuse d’un jeune Comte , &\t' s’ét.ant deçlarée à luy , elle i?ea pûc cirer ce qu’ellcſe promcttoit. ce qui la mit si fort en colere, qu’d] le conclud de s’en vanger à quel. que pt’ix que ce fust. Cette reſo- lution priſe , elle l’accuſc d'avoir entrepris ſur ſon honneur. L’Em- p'ereur le croic ainsi d’abord, & condamner Comte à avoir la tcste coupée, Luy cependant découvre l’afïaire à ſa femme , qu’clle prie de vanger ſa mort & de prouver ſon innocence en empoignant le fer chaud , qui étoit une formali- ré qu’on obſervoic alors pour ſe lustificr , &C qui maintenant ríest plus en uſage. Aprcs qu’on l’eust donc exccuté , & que l’Empereur .fe fust preſenté le lendemain pour rcndre la Iustice à l’accoûtumée, íà Vefve du Comte ſe jette a les picds j & *c pr^e *uy ^"e