Page:Baudoin - Recueil d emblemes Tome II.djvu/987

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


% De IadmiuìHratìon ^ ^ lufice. plice pouvoit (\tt\tí\t^\t^ moìt injufiementfutmoumcpdqu un? Madatne, luy l'épond 1 Eríipeteut, cette sjucflion n’ejí pas âijftile a- deci- der, cest un fait digne de mert, Bien dm , repnt elle, cette pejne vous eft deiie, pour avoir ojléla vie à fhonvna- ry , tout innocent qu’il eïloìt. Voila Jk tète ( & ce difant , elle la tire cTen- tre les replis de ſa robe , où elle l’avoit cachée )jeſoutiens qu’wjuFle- mnt vm la luy avcz fait funcher t Et dmtant que ie riay ny preuves , ny. temoins pur vous en édaircir ,t.e m’of~ ſre a le jujlifier par le fer chaud, & a le prendre a pleine maìns. Auflìle fit- elle en meſme temps,&: n’enreceut aucun mal.. Cette merveille éton- na fc)rt tous les afíistans, & l’Em- pereur encore plus j qui de crain- teqviil eut de la Iusticc du Cîel ïenut cette offence a là diſçrètioft damnp Comme s’ctant con- tw Var/a\tLa\t. lonfut, qu1 elle luy patdori- ç iij; ^