Page:Baudoncourt - Le curé Labelle (1833-1891), 1892.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
48
LE CURÉ LABELLE

leur terre décuple de valeur en quelques années et ils peuvent ainsi rembourser les avances faites ; les capitalistes ne risquant rien, parce que leurs capitaux reposant sur la terre en valeur sont aussi sûrs et solides que la terre elle-même, se prêtent volontiers à cette combinaison.

Autre garantie supérieure de sûreté. Les sociétés de colonisation sont en général sous la gestion directe ou indirecte du clergé. La colonisation française au Canada se fait sous les auspices de la religion. C’est autour d’une chapelle élevée dans la forêt ou la prairie que les catholiques vont se grouper, comme autour d’un centre commun, et l’expérience a montré que c’est ce système qui réussit le mieux. Voilà pourquoi, en nous adressant aux capitalistes et aux travailleurs, nous préférons les colons chrétiens à ceux qui ne le sont pas.

— Mais, comment se transporter à une distance pareille ?

— Les communications sont plus faciles que vous ne semblez le croire. Les compagnies qui font le service sur différentes lignes maritimes, ont des tarifs très abordables puisqu’elles transportent un homme de Paris à Québec, via Londres, pour cent dix francs. Le service franco-canadien ne prend même que quatre-vingts francs du Havre à Québec, et il est entendu que le Pacifique Canadien qui va être terminé cette année conduira l’émigrant moyennant soixante francs (2.300 kilomètres) de Québec à Winnipeg, capi-