Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/218

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


larmes aux yeux, le tort qu’il ferait à sa maison, tout fut inutile ; le capitaine persista dans son refus. Le Roi fut obligé de continuer sa route, et arriva très-tard à Ilmagen, à un mille de Drogen (neuf milles).

Le Roi coucha donc le 24 à Ilmagen, et là, l’auberge se trouva si mauvaise et si petite, que Sa Majesté reçut dans sa chambre, pour y coucher, M. le comte d’Avaray et M. l’abbé Edgworth. Mme la duchesse d’Angoulême, réduite également à une chambre de huit pieds de large, sur douze de long, y reçut Mme Hue, Mme la duchesse de Serent et sa femme-de-chambre. N’oublions pas de dire, qu’attendu la rigueur du froid et l’humidité de la chambre, on y avait mis à la hâte un poêle, qu’on poussa, certainement par bonne intention, à un tel degré de chaleur, que la santé de Madame fut plus exposée, pendant toute cette mauvaise nuit, que dans le fournil qu’elle avait occupé la veille, quelque humide et glacial qu’il eût été.

La conversation de toute cette journée