Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par les Turcs ; le passage par les Dardanelles fut perdu pour les Génois, et la navigation par le cap de Bonne-Espérance remplaça ces diverses routes.

Catherine II essaya de ressusciter ce qui n’existait plus. Elle entreprit, sur les côtes méridionales de la mer Caspienne, une expédition qui avait le commerce de l’Inde pour objet ; tant ce commerce importait à la richesse de la Russie ! tant cette habile souveraine savait apprécier les avantages immenses qui devaient en résulter !

En 1801, Paul Ier, à qui on soumit un plan relatif au rétablissement du commerce de l’Inde, l’examina avec la plus sérieuse attention, et y puisa l’idée d’aller attaquer les Anglais dans leurs possessions de l’Inde.

Ce plan embrassait tous les rapports que la situation géographique de la Russie lui permettait d’établir avec ces riches contrées. Il avait pour objet de faire revivre ce commerce par la mer Noire, par la mer Caspienne, et par la route d’Orenbourg. Cette route, qui est celle que suivent les caravanes, fut choisie par l’empereur Paul pour la marche de son armée. Il se fit en con-