Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/76

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’armée, comme tant d’autres, par spéculation. Cette opération devait avoir lieu aussitôt que le traînage serait établi.

Le Kremlin, cette antique et magnifique résidence des Czars, renfermait des trésors immenses : tous les objets du sacre des empereurs, enrichis de diamans, et les ornemens sacerdotaux de la métropole. Napoléon espérait bien sans doute s’emparer d’un si riche butin ; mais tout avait été transféré à Kazan, où le sénat russe s’était retiré, et où il siégea pendant toute la durée de la guerre.

L’édifice des Enfans-Trouvés, situé près du Kremlin, avait été préservé de l’incendie par les soins de M. Gazo, sous-directeur des convois militaires de l’armée[1]. Lorsque le Kremlin sauta, l’explosion fut si terrible, qu’elle renversa une grande partie de cet utile établissement.

Le sénateur russe qui en était le directeur ne voulut pas l’abandonner. Seulement

  1. Voir le Mémoire ci-après.