Page:Beaugrand - De Montréal à Victoria par le transcontinental canadien, 1887.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
13
DE MONTRÉAL À VICTORIA.

les autres lignes transcontinentales américaines, et tous ceux qui, comme moi, ont eu l’occasion de traverser le continent par les lignes américaines, peuvent rendre un témoignage positif en faveur de l’aspect général de nos différentes provinces au point de vue agricole, du développement de nos ressources minérales, du commerce des bois et des inépuisables pêcheries de nos côtes du Pacifique.

Prenant Montréal et ses intérêts généraux comme point de départ, je ne crois pas qu’il me soit nécessaire d’en dire bien long pour expliquer les avantages que notre ville a déjà obtenus de la construction du Pacifique. Sa position géographique à la tête de la navigation océanique indiquait tout naturellement Montréal comme terminus d’une ligne transcontinentale canadienne ; et les magnifiques réseaux de chemins de fer qui nous entourent pour converger ici, nous apportent déjà un tribut continuel qui va s’augmenter de tout le commerce du Nord Ouest. J’aurai occasion de dire un mot, plus loin, des avantages que nous devrons obtenir lorsque le chemin de fer du Pacifique aura terminé ses connexions de l’Atlantique et du Pacifique. Le gouvernement impérial a déjà compris les avantages qu’il