Page:Beaugrand - De Montréal à Victoria par le transcontinental canadien, 1887.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
18
DE MONTRÉAL À VICTORIA.

Par sa situation pittoresque au fond d’une gorge entourée de montagnes superbes, et par ses fameuses sources d’eaux sulfureuses qui sortent de terre à une température de 120 dégrés de chaleur (Farenheit), Banff sera bientôt pour le Canada ce que sont aujourd’hui les célèbres sources chaudes de l’Arkansas pour les États Unis.

Les médecins attribuent à ces sources des qualités curatives qui ne manqueront pas d’y attirer les malades et les invalides de tous les pays. Les paysages magnifiques qui se rencontrent à chaque pas, le gibier qui abonde dans les montagnes environnantes et les eaux poissonneuses de la rivière des Arcs — Bow-River — en feront un lieu favori pour le sportman, l’artiste et l’amateur de la grande nature.

Le gouvernement a déjà construit des routes superbes qui conduisent de la gare de Banff jusqu’à l’endroit où les eaux s’échappent, dans un atmosphère de souffre, du flanc escarpé d’une montagne boisée de pins touffus et d’épinettes sombres.

La compagnie du Pacifique est en train de construire un grand hôtel, au fond de la vallée, sur les bords de la rivière des Arcs, au pied d’une cascade mugissante. Un poète n’aurait