Page:Beaugrand - Jeanne la fileuse, 1878.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cultivateurs ; me basant sur l’usage que l’on fait de ces expressions, dans les campagnes canadiennes. J’ai aussi écrit passager, comme l’on dit généralement au Canada, pour voyageur qui est l’expression usitée en France ; et ainsi de suite.

Je donne ces explications afin que l’on ne soit pas trop sévère à mon égard, si j’ai quelques fois sacrifié l’élégance du langage, au désir de me faire comprendre des classes ouvrières qui ne lisent encore que bien peu.

Qu’on me permette, en dernier lieu, de dire un mot des difficultés que j’ai rencontrées pour l’exécution typographique de ce volume. Forcé de le confier à des imprimeurs américains qui ne connaissaient pas un mot de français, il m’a fallu en surveiller personnellement tous les détails, et malgré tous mes efforts, des incorrections se sont glissées en plusieurs endroits. Écrit au jour le jour, publié en feuilleton et mis en page immédiatement, sans être révisé, cet ouvrage a droit à l’indulgence que l’on accorde généralement aux articles de journaux.

C’est ce que je demande de la bienveillance du lecteur.

Fall-River, Mass., ce 15 Mars 1878.