Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
211
LETTRES DE VOYAGE

France. Le prince Mohammed-Bey prononça en français, la petite allocution qui suit :


Monsieur le ministre,

Son Altesse, notre auguste père et souverain, a chargé ses enfants de vous apporter, à l’occasion de la nouvelle année, ses vœux cordiaux et ceux de sa famille pour la France, son gouvernement et votre personne.

Son Altesse ne sépare pas les intérêts de la France, qui la protège, de ceux de son royaume. Elle les recommande également à Dieu.


M. Massicault remercia le prince et le pria de faire agréer par le bey ses souhaits respectueux pour lui, pour sa famille et pour son royaume, dont les destinées sont entièrement unies à celles de la France. C’était la première fois que les deux fils aînés du bey, les princes Mustapha et Mohammed, étaient chargés d’une pareille mission. Ce fut ensuite un défilé continuel, pendant trois heures, de tout ce que Tunis compte de notabilités militaires, financières, industrielles et officielles. Les officiers français en grande tenue, chamarrés de décorations ; les officiers tunisiens dans leurs costumes d’une richesse toute orientale ; les autorités municipales, curieux mélange de Maures et d’Européens ; enfin tous ceux qui se