Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
222
LETTRES DE VOYAGE

nation pour reconnaître quelque chose parmi ces débris informes. Il en est de même pour l’emplacement de la maison d’Annibal et pour les ports militaires et marchands que l’on nous désigne, au milieu d’un fort beau jardin appartenant à la résidence d’été de Si-Moustapha, ancien premier ministre du Bey de Tunis.

Nous retournons à Tunis un peu fatigués de cette excursion, et sans avoir visité le village de Sidi-bou-Saïd qui s’élève sur la pointe du cap de Carthage. C’est un village habité par des Arabes fanatiques qui, récemment encore, en interdisaient l’entrée aux Européens. Il tire son nom de Bou Saïd, le père du bonheur, marabout célèbre enterré-là.

Mon ami, Gaston Roullet, le peintre, faillit s’y mettre dans de mauvais draps, l’été dernier, en essayant de faire le croquis d’une mosquée. Il ne dut son salut qu’à un revolver qu’il avait prudemment mis dans sa poche et dont il menaça les fanatiques qui faisaient mine de l’attaquer.