Page:Beaugrand - Lettres de voyages - France, Italie, Sicile, Malte, Tunisie, Algérie, Espagne, 1889.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
LETTRES DE VOYAGE

ter par le gouvernement un immense terrain sur lequel était construit une magnifique école ; le tout, don de la ville qui s’était imposée pour la somme considérable de $120,000. Il faut dire encore que Monsieur Clauzel de St. Martin-Valogne avait à lutter contre des difficultés intestines et des rivalités du dehors. Plusieurs municipalités avaient également fait des offres analogues à l’État. Au jour de l’inauguration, qui fut faite par un membre du gouvernement, le maire de St. Hippolyte pouvait légitimement espérer que le gouvernement saurait loyalement reconnaître les services qu’il avait rendus. Il n’en fut malheureusement pas ainsi et nous croyons cependant que l’État ne tardera guère à récompenser le dévouement d’un homme, qui a consacré quatre ans de sa vie et ses deniers à mener à bonne fin une œuvre appelée à rendre de si grands services à l’armée.

Nous passâmes des heures bien charmantes dans la famille de Monsieur Clauzel. La mère, vieille dame aux allures de noble douairière d’antan, la parole facile, instruite, gracieuse et bien renseignée nous fit les honneurs de sa maison avec une simplicité de bon ton. Aidée par la jeune madame Clauzel, femme de cœur