Page:Beauregard - Le secret de l'orpheline, 1928.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
28
LE SECRET DE L’ORPHELINE

voyage, « chargée d’une mine de renseignements », a-t-elle assuré, au téléphone, et dans une dizaine de minutes, Georgine sera près d’elle.

À cette pensée, et tandis qu’elle achève de s’habiller, la jeune fille sent son cœur qui bat à tout rompre. Elle sait qu’elle aura beaucoup de mal à revoir cet immeuble où chaque matin, depuis quatre ans, elle entrait avec tant de vaillante allégresse.

À cette heure du midi, elle a quelque chance de rencontrer peu de monde et c’est pourquoi elle l’a choisie. Ensuite, elle et Miss Munroe iront ensemble prendre le lunch au cafeteria le plus proche.

Or, la première personne que croise Melle Favreau, en entrant au journal, c’est son ancien patron, M. Hannett. Il tressaille, à sa vue, et c’est comme une automate qu’elle répond, par une inclinaison de la tête, à son raide salut. Voici leur bureau. La porte en est fermée. Ici, c’est chez Miss Munroe. Georgine frappe.

Comme on la reçoit ! Elle serait la mariée du matin que la réception ne serait pas plus émouvante. Mais, surtout, Miss Munroe ne la quitte pas des yeux. Son regard la scrute, la fouille et il se fait plus perçant, derrière le lorgnon aux verres bien clairs.

— Mais c’est assez parler de moi ! interrompt soudain d’autorité la vieille dame. Mon voyage n’est rien. Il devient la chose du monde la plus banale en comparaison des événements qui se sont passés ici, durant mon absence.

Georgine rougit, se sachant visée, mais son regard un peu las reste ferme.

— Je n’en croyais pas mes oreilles, reprend Miss Munroe, lorsqu’on m’a appris la chose. Miss Favreau partie ?… Mais comment ? Pourquoi ?

Et une pause invite la jeune fille à justifier elle-même sa fugue. Tant pis : Mrs Munroe en sera pour ses frais.

— J’ai donné mes raisons à M. Hannett, fait posément Georgine. Je lui ai dit que j’avais absolument besoin de repos.

La directrice de la Page féminine se met à rire.

— Il ne l’a pas cru, prononce-t-elle.

Mais aussitôt, ses sourcils se rapprochent, ses lèvres se pincent et elle incline par deux ou trois fois la tête pour énoncer enfin :

— Il est de fait que votre mine est moins fraîche. Vos yeux sont abattus. N’allez pas vous négliger. Mais, reprend-elle, s’il s’agit simplement d’un repos, vous reviendrez ?

Georgine fait un geste vague.

— M. Hannett ne peut se passer d’une secrétaire, dit-elle. Je serai vite remplacée.

— Vous l’êtes déjà.

Chose curieuse, cette nouvelle fort plausible, inévitable même, c’est elle qui venait de le dire, lui arriva comme un grand coup dans la poitrine.

— J’avais proposé Charlotte Lépée… commença-t-elle.

— M. Hannett a pris une étrangère. Mais, entre nous, je ne crois pas qu’elle reste. À mon humble avis, elle n’a pas du tout le genre lui convient à notre directeur et s’il voulait m’en croire… Voulez-vous que je vous expose mon projet ou si vous avez trop grande hâte de voir les notes que j’ai rapporté des États-Unis ?

— Je vous en prie, Mrs Munroe… Les notes, j’aurai tout le reste de ma vie pour en prendre connaissance.

— Eh bien, je ferais en effet passer Melle Lépée chez lui. Malgré son accent qui reste terriblement français, elle possède assez bien notre langue pour faire honneur au poste que vous abandonnez. Quant à son français, n’est-ce pas, en dépit de ma propre incompétence, je sais pouvoir affirmer qu’il est de première valeur. Elle pourrait très bien, j’en suis sûre aussi, nous donner les petites chroniques qui avaient si bien pris, sous la signature de Faverol.

Encore une fois, le cœur de Georgine se contracta, puis, il se mit à battre la charge.

— Enfin, à la place de Melle Lépée, je mettrais Maud. Je comprends que ce serait tout un branle-bas, comme vous dites, en français, mais il était impossible que Miss Favreau disparût sans qu’il ne s’ensuive un petit désarroi.

— Et par qui remplaceriez-vous Maud ?

— Bien, voilà. J’ai une jeune nièce qui termine actuellement ses études au Business College. Il ne me déplairait pas de l’avoir près de moi. Sans compter que lorsque vous reviendrez, Miss Favreau, si les autres ne sont pas en mesure d’abandonner leur position, eh bien, nous sacrifierons ma nièce. Je ferai cela bien volontiers, pour vous. Chacune pourrait ainsi reprendre son poste antérieur, à commencer par Melle Lépée qui est votre amie, et vous auriez l’illusion de n’être jamais partie.

Les yeux perçants continuaient à la fouiller et Melle Favreau se demandait où commençait la complaisance, dans les disposi-