Page:Beauvoir - Les mystères de l’île Saint-Louis, tome1.djvu/74

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
67
LES MYSTÈRES DE L’ILE SAINT-LOUIS

moi aussi je veux être noble, je saurai me faire un nom !

— Un nom ! mais il me semble que le tien est assez beau ! Cela sonne, pardieu ! aussi bien qu’autre chose : Charles Gruyn ! Trouve donc ailleurs un cabaret comme celui-ci ! Quand je serai très-vieux, c’est à toi que je prétends le donner. Tu feras repeindre mon enseigne, c’est tout ce que je t’engage alors à faire. M. Saint-Amand m’a promis deux vers, tu les mettras sur ma porte. Ce sont là des choses qui valent bien les armes, mon pauvre enfant. Vois plutôt ! maître Leclerc qui n’était que batelier, a voulu acheter une charge à la cour, et on lui corne aux oreilles le proverbe du bon vieux roi, le père du nôtre : la caque sent toujours le hareng ! Le capitaine la Ripaille dit qu’il descend des la Ripaille du temps des croisades ; laisse donc ! il descend du coche, et n’a pas de quoi me payer une friture ! Que viens-tu me dire avec ta noblesse ? Tu peux aller partout le front levé. Est-ce cette belle dame qui ne te trouve pas assez noble ? Voyons, regarde-toi, et demande à Mariette, que tu affliges, si tu n’es pas bien tourné ? À douze ans, on te regardait passer sur le quai des Ormes, et les voisins se disaient : Ce sera un fier garçon ! Et tu désespères de toi, tu veux me quitter ! Va, tes grandes dames sont des dépouilleuses ?… elles te grugeront et te mettront après sur le pavé. Ne me donnes pas le chagrin de te rencontrer un jour avec une cape trouée et des chausses sur les talons. Mais c’est assez de monde, je te laisse avec Mariette… C’est ta confidente, et je ne veux pas marcher sur ses brisées. Elle aussi, quand elle se révolte, c’est un démon ! allons, Charles, allons, Mariette, embrassez tous deux celui qui vous aime et vous confond dans son cœur. Vous êtes mes enfants, mes seuls enfants… les autres sont au roi et au cardinal… mais vous !…

Les yeux de maître Philippe s’étaient mouillés insensiblement de douces larmes ; il regardait Charles et Mariette dans un recueillement plein de tendresse. Craignant sans doute que sa présence ne contraignît leurs aveux, il se