Page:Beckford - Vathek 1787 Paris.djvu/191

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES. 183

f etant ecs mots : Loue (bit Allah qui a cree 1'eau pure, & lui a donne la vertu de purifier ; il a aufli elev6 notre foi au plus haut degre. Ceci termine, on prend 1'eau trois fois dans la main droite , & s'etant lave la bouche , 1'ado- rateur ajoute : 6 Dieu I je te fupplie de me laiffer gou-

  • > ter de cette eau , que tu as donnee dans le paradis a

ton prophlte Mahomet , plus fuavc que le mufc , plus > blanche que le lait , plus douce que le miel , & dont ) le pouvoir eft de defalterer pour toujours la foif de

  • celui qui a le bonheur d'en boire . Cette priere eft

accompagnee d'une afpiration d'eau par le nez ; alors , le vifage eft trois fois plonge dans 1'eau jufqties derriere les ereilles ; enfuite on la prend avec les deux mains , com- men^ant avec la droite , & la jettant jnfqu'au coude ; Tablution de la tete fe fuit iminediatement , aihfi qu'i 1'ouverture de 1'oreille avec le pouce , &. le cou avec tous les doigts ; enfin , les pieds ^ dans cette derniere Operation , il fuffit de mouiller la fandale.

A chaque ceremonie , on fait une priere convenable , & le tout fe termine ainft : Soutiens-moi , 6 Dieu I ne > fouffre pas que mon pied chancele , & que je tombe du pont dans 1'enfer . Rien n'eft plus edifiant que Tatten* tion avec laquelle ces ceremonies font accomplies. Si une toux involontaire ou un eternuement les interrompt, tout le fervice eft entieremem recommence, & autant de fois que cela arrive. Habsfci 9 p+ 91 , &c.

Note 41 , pag. 69. (Cafila). Un cafila oucaravane," fuivant Pitts, eft divife en difFerentes compagnies , a la tete defqiielles un officier ou une perfonne de diftin&ion eft porte dans une efpece de litiere , & fuivi par un

Mir

�� �