Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


E la cervele li chet as piez desuz,
Mort le tresturnet od tut .VII. C. des lur ;
Pois ad ocis Turgis e Esturguz :
La hanste briset e esclicet josqu’az poinz.
1360Ço dist Rollant : « Cumpainz, que faites vos ?
En tel bataille n’ai cure de bastun :
Fers e acers i deit aveir valor.
U est vostre espee, ki Halteclere ad num ?
D’or est li helz e de cristal li punz.
1365— Ne la poi traire, » Oliver li respunt,
« Kar de ferir oi jo si grant bosoign ! » AOI.

CVII

Danz Oliver trait ad sa bone espee
Que ses cumpainz Rollant li ad tant demandee,
E il li ad cum chevaler mustree.
1370Fiert un paien, Justin de Val Ferree.
Tute la teste li ad par mi sevree,
Trenchet le cors e la bronie safree,
La bone sele, ki a or est gemmee,
E al ceval a l’eschine trenchee :
1375Tut abat mort devant loi en la pree.
Ço dist Rollant : « Vos receif jo frere.
Por itels colps nos eimet li emperere. »
De tutes parz est Munjoe escriee. AOI.

CVIII

Li quens Gerins set el ceval Sorel
1380E sis cumpainz Gerers en Passecerf.
Laschent lor reisnes, brochent amdui a ait,