Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


1440De cent millers n’en poent guarir dous.
Dist l’arcevesques : « Nostre hume sunt mult proz ;
Suz ciel n’ad home plus en ait de meillors.
Il est escrit en la Geste Francor
Que vassals est li nostre empereür. »
1445Vunt par le camp, si requerent les lor,
Plurent des oilz de doel e de tendrur
Por lor parenz par coer e par amor.
Li reis Marsilie od sa grant ost lor surt. AOI.

CXII

Marsilie vient par mi une valee
1450Od sa grant ost que il out asemblee.
.XX. escheles ad li reis anumbrees.
Luisent cil elme as perres d’or gemmees,
E cil escuz e cez bronies sasfrees.
.VII. milie graisles i sunent la menee,
1455Grant est la noise par tute la contree.
Ço dist Rollant : « Oliver, compaign, frere,
Guenes li fels ad nostre mort juree.
La traïsun ne poet estre celee ;
Mult grant venjance en prendrat l’emperere.
1460Bataille avrum e forte e aduree,
Unches mais hom tel ne vit ajustee.
Jo i ferrai de Durendal, m’espee,
E vos, compainz, ferrez de Halteclere.
En tanz lius les avum nos portees !
1465Tantes batailles en avum afinees !
Male chançun n’en deit estre cantee. » AOI.