Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fauve ; il n’est nulle bête qui l’égale à la course. L’archevêque éperonne, avec quelle vaillance ! Il attaque Abisme, rien ne l’en détournera. Il va le frapper sur son écu […], que des pierreries chargent, améthystes et topazes […], escarboucles qui flambent : au Val Métas un démon l’avait donné à l’émir Galafe, et l’émir à Abisme. Turpin frappe, il ne le ménage pas ; après qu’il a frappé, l’écu, je crois, ne vaut plus un denier. Il transperce le Sarrasin d’un flanc à l’autre et l’abat mort sur la terre nue. Les Français disent : « Voilà une belle vaillance ! Aux mains de l’archevêque la crosse ne sera pas honnie ! »

CXV

Les Français voient que les païens sont tant : les champs en sont couverts de toutes parts. Souvent ils appellent Olivier et Roland et les douze pairs, pour qu’ils les défendent. Et l’archevêque leur dit sa pensée : « Seigneurs barons, ne songez à rien qui soit mal. Je vous en prie par Dieu, ne fuyez pas, afin que nul vaillant ne chante de vous une mauvaise chanson. Bien mieux vaut que nous mourions en combattant. Bientôt, nous en avons la promesse, nous viendrons à notre fin ; nous ne vivrons pas au-delà de ce jour ; mais il est une chose dont je vous suis bon garant : le saint paradis vous est grand ouvert, vous y serez