Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Blanche la cue e la crignete jalne,
1495 [1656]Petites les oreilles, la teste tute falve ;
Beste nen est nule ki encontre lui alge.
Li arcevesque brochet, par tant grant vasselage !
Ne laisserat qu’Abisme nen asaillet.
Vait le ferir en l’escut amiracle :
1500 [1661]Pierres i ad, ametistes e topazes,
Esterminals e carbuncles ki ardent ;
En Val Metas li dunat uns diables,
Si li tramist li amiralz Galafes.
Turpins i fiert, ki nient ne l’esparignet,
1505 [1666]Enprès sun colp ne quid qu’un dener vaillet,
Le cors li trenchet trés l’un costet qu’a l’altre,
Que mort l’abat en une voide place.
Dient Franceis : « Ci ad grant vasselage !
En l’arcevesque est ben la croce salve. »

CXV

1510 [1467]Franceis veient que paiens i ad tant,
De tutes parz en sunt cuvert li camp.
Suvent regretent Oliver e Rollant,
Les .XII. pers, qu’il lor seient guarant.
E l’arcevesque lur dist de sun semblant :
1515 [1472]« Seignors barons, n’en alez mespensant !
Pur Deu vos pri que ne seiez fuiant,
Que nuls prozdom malvaisement n’en chant.
Asez est mielz que moerium cumbatant.
Pramis nus est fin prendrum a itant,
1520 [1477]Ultre cest jurn ne serum plus vivant ;
Mais d’une chose vos soi jo ben guarant :
Seint pareïs vos est abandunant ;