Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Li arcevesque i fiert de sun espiet.
Cels qu’il unt mort, ben les poet hom preiser,
Il est escrit es cartres e es brefs,
1685Ço dit la Geste, plus de .IIII. milliers.
As quatre turs lor est avenut ben ;
Li quint après lor est pesant e gref.
Tuz sunt ocis cist Franceis chevalers,
Ne mès seisante, que Deus i ad esparniez :
1690Einz que il moergent se vendrunt mult cher. AOI.

CXXVIII

Li quens Rollant des soens i veit grant perte.
Sun cumpaignun Oliver en apelet :
« Bel sire, chers cumpainz, pur Deu, que vos en haitet ?
Tanz bons vassals veez gesir par tere !
1695Pleindre poüms France dulce, la bele.
De tels barons cum or remeint deserte !
E ! reis, amis, que vos ici nen estes ?
Oliver, frere, cum le purrum nus faire ?
Cumfaitement li manderum nuveles ? »
1700Dist Oliver : « Jo nel sai cument quere.
Mielz voeill murir que hunte nus seit retraite. » AOI.

CXXIX

Ço dist Rollant : « Cornerai l’olifant,
Si l’orrat Carles, ki est as porz passant.
Jo vos plevis ja returnerunt Franc. »
1705Dist Oliver : « Vergoigne sereit grant
E repruver a trestuz voz parenz ;
Iceste hunte dureit al lur vivant !
Quant jel vos dis, n’en feïstes nient ;