Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Karles l’oït e ses Franceis l’entendent.
Ço dist li reis : « Cel corn ad lunge aleine ! »
1790Respont dux Neimes : « Baron i fait la peine !
Bataille i ad, par le men escientre.
Cil l’at traït ki vos en roevet feindre.
Adubez vos, si criez vostre enseigne,
Si sucurez vostre maisnee gente :
1795Asez oez que Rollant se dementet ! »

CXXXVI

Li empereres ad fait suner ses corns.
Franceis descendent, si adubent lor cors
D’osbercs e de helmes e d’espees a or.
Escuz unt genz e espiez granz e forz,
1800E gunfanuns blancs e vermeilz e blois.
Es destrers muntent tuit li barun de l’ost,
Brochent ad ait tant cum durent li port.
N’i ad celoi a l’altre ne parolt :
« Se veïssum Rollant einz qu’il fust mort,
1805Ensembl’ od lui i durriums granz colps. »
De ço qui calt ? car demuret i unt trop.

CXXXVII

Esclargiz est li vespres e li jurz.
Cuntre le soleil reluisent cil adub,
Osbercs e helmes i getent grant flabur,
1810E cil escuz, ki ben sunt peinz a flurs,
E cil espiez, cil oret gunfanun.
Li empereres cevalchet par irur
E li Franceis dolenz e curoçus ;