Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CXLI

Li quens Rollant el champ est repairet.
1870Tient Durendal, cume vassal i fiert.
Faldrun de Pui i ad par mi trenchet,
E .XXIIII. de tuz les melz preisez :
Jamais n’iert home plus se voeillet venger.
Si cum li cerfs s’en vait devant les chiens,
1875Devant Rollant si s’en fuient paiens.
Dist l’arcevesque : « Asez le faites ben !
Itel valor deit aveir chevaler
Ki armes portet e en bon cheval set :
En bataille deit estre forz e fiers,
1880U altrement ne valt .IIII. deners,
Einz deit monie estre en un de cez mustiers,
Si prierat tuz jurz por noz peccez. »
Respunt Rollant : « Ferez, nes esparignez ! »
A icest mot l’unt Francs recumencet.
1885Mult grant damage i out de chrestiens.

CXLII

Home ki ço set que ja n’avrat prisun
En tel bataill fait grant defension :
Pur ço sunt Francs si fiers cume leuns.
As vus Marsilie en guise de barun.
1890Siet el cheval qu’il apelet Gaignun,
Brochet le ben, si vait ferir Bevon :
Icil ert sire de Belne e de Digun.
L’escut li freint e l’osberc li derumpt,
Que mort l’abat seinz altre descunfisun,
1895Puis ad ocis Yvoeries e Ivon,