Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


CLXI

Paien s’en fuient, curuçus e irez ;
2165Envers Espaigne tendent de l’espleiter.
Li quens Rollant nes ad dunt encalcer :
Perdut i ad Veillantif, sun destrer ;
Voeilet o nun, remés i est a piet.
A l’arcevesque Turpin alat aider.
2170Sun elme ad or li deslaçat del chef,
Si li tolit le blanc osberc leger,
E sun blialt li ad tut detrenchet,
En ses granz plaies les pans li ad butet,
Cuntre sun piz puis si l’ad enbracet,
2175Sur l’erbe verte puis l’at suef culchet.
Mult dulcement li ad Rollant preiet :
« E ! gentilz hom, car me dunez cunget !
Noz cumpaignuns, que oümes tanz chers,
Or sunt il morz, nes i devuns laiser.
2180Joes voell aler querre e entercer,
Dedevant vos juster e enrenger. »
Dist l’arcevesque : « Alez e repairez !
Cist camp est vostre, mercit Deu, e mien. »

CLXII

Rollant s’en turnet, par le camp vait tut suls,
2185Cercet les vals e si cercet les munz…
Iloec truvat Gerin e Gerer sun cumpaignun,
E si truvat Berenger e Attun ;
Iloec truvat Anseïs e Sansun,
Truvat Gerard le veill de Russillun.
2190Par uns e uns les ad pris le barun,