Page:Bedier - La Chanson de Roland.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


2460Paien s’en fuient, ben les chalcent Franc.
El Val Tenebrus la les vunt ateignant,
Vers Sarraguce les enchalcent ferant,
A colps pleners les en vunt ociant,
Tolent lur veies e les chemins plus granz.
2465L’ewe de Sebre, el lur est dedevant ;
Mult est parfunde, merveilluse e curant ;
Il nen i ad barge, ne drodmund ne caland.
Paiens recleiment un lur deu, Tervagant,
Puis saillent enz, mais il n’i unt guarant.
2470Li adubez en sunt li plus pesant,
Envers les funz s’en turnerent alquanz ;
Li altre en vunt cuntreval flotant ;
Li miez guariz en unt boüd itant
Tuz sunt neiez par merveillus ahan.
2475Franceis escrient : « Mar veïstes Rollant ! » AOI.

CLXXXI

Quant Carles veit que tuit sunt mort paiens,
Alquanz ocis e li plusur neiet,
Mult grant eschec en unt si chevaler,
Li gentilz reis descendut est a piet,
2480Culchet sei a tere, sin ad Deu graciet.
Quant il se drecet, li soleilz est culchet.
Dist l’emperere : « Tens est del herberger ;
En Rencesvals est tart del repairer.
Noz chevals sunt e las e ennuiez.
2485Tolez lur les seles, lé freins qu’il unt es chefs,
E par cez prez les laisez refreider. »
Respundent Franc : « Sire, vos dites bien. »